Retraite anticipée en 2021 : les conditions et démarches

2 septembre 2021

Vous envisagez la retraite, et vous voulez savoir à quel âge vous pourrez partir en retraite ? Remplissez-vous les conditions pour prendre votre retraite de manière anticipée ? 

L’âge légal de la retraite est fixé à 62 ans. En principe, vous ne pouvez pas prendre votre retraite à taux plein avant cet âge. Toutefois, certaines mesures spécifiques permettent de déroger à la règle, et de partir en retraite anticipée. Ce dispositif permet à certaines personnes ayant commencé à travailler jeunes, ou en raison de leurs conditions de santé, de bénéficier de la retraite à taux plein avant l’âge légal.  

La retraite anticipée pour carrière longue 

Les conditions 

Afin de bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue, vous devez avoir commencé à travailler avant l’âge de 20 ans.  

Ensuite, vous devez justifier d’avoir cotisé un nombre minimum de trimestres d’assurance retraite. Ce nombre minimum varie en fonction de votre année de naissance.  

Enfin, vous devez justifier d’avoir effectué un certain nombre de trimestres en début de carrière (période travaillée avant l’âge de 20 ans) :  

  • Si vous souhaitez partir avant vos 60 ans : vous devez avoir effectué 5 trimestres avant l’âge de 16 ans (4 trimestres pour ceux nés entre octobre et décembre)  
  • Si vous souhaitez demander la retraite à partir de vos 60 ans : vous devez avoir effectué 5 trimestres avant l’âge de 20 ans (4 trimestres pour ceux nés entre octobre et décembre) 

Les démarches 

Etape 1 : Vérifiez que votre relevé de carrière est complet et à jour sur le site https://www.lassuranceretraite.fr/portail-services-ng/authentication 

Etape 2 : Demandez une attestation de retraite anticipée pour carrière longue en adressant une demande d’attestation permettant le départ en retraite anticipée, à votre caisse régionale de retraite (liste des caisses par Région). 

Etape 3 : Avec cette attestation, vous pourrez faire votre demande de départ en retraite auprès de votre Caisse régionale de retraiteen ligne ou par voie postale à la caisse correspondante (caisse générale, pour les indépendants, pour les salariés agricoles, ou pour les salarié des cultes).  

La retraite anticipée pour invalidité  

Les conditions  

La reconnaissance d’une invalidité n’ouvre pas automatiquement un droit à la retraite anticipée. Vous pouvez cependant demander à partir en retraite à partir de 55 ans lorsque :  

  • Une incapacité permanente d’au moins 50 % vous a été reconnue,  
  • Vous justifiez de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)  

Dans ce cas, vous devez justifier d’un certain nombre de trimestres validés, et un minimum de trimestres cotisés (vous trouverez les conditions de trimestres sur ce lien), depuis la date à laquelle a été reconnu votre handicap

Les démarches  

Etape 1 : Tout d’abord, votre handicap doit avoir été, au préalable, reconnu par les maison départementale des personnes handicapées (MDPH).  

Etape 2 : Demander une attestation de retraite anticipée des assurés handicapés en adressant à votre caisse régionale de retraite, une demande d’attestation permettant le départ en retraite anticipée. Vous devez joindre à cette demande des pièces justifiant de votre incapacité durant la période exigée, ou de la reconnaissance de votre qualité de travailleur handicapé (RQTH) avant 2016.  

Etape 3 : Avec cette attestation et si vous apportez les pièces justificatives, vous pourrez envoyer une demande unique de retraite anticipée de base pour les assurés handicapéstoujours à votre caisse régionale de retraite. 

Le cas spécifique de la fonction publique 

Pour les fonctionnaires titulaires de la fonction publique, il est possible de demander votre retraite anticipée, et sans condition d’âge :   

  • En cas d’infirmité ou de maladie incurable (de vous ou votre conjoint) empêchant l’exercice de toute activité professionnelle dès lors que vous comptabilisez 15 ans de services. 
  • En cas d’invalidité ou d’inaptitude : vous pouvez être radié en cas d’invalidité, quand vous êtes victime d’une maladie, blessure ou infirmité grave dûment constatée rendant la poursuite des fonctions définitivement et absolument impossible. 

Pour ouvrir vos droits à la retraite anticipée, il vous suffit d’envoyer ce formulaire à l’administration publique (fonctionnaires d’Etat ou territoriaux, armée, magistrats, fonction publique hospitalière). 

Retraite anticipée pour pénibilité du travail

Les conditions  

La retraite anticipée peut également être demandée dès 60 ans, en raison de la pénibilité du travail, soit si l’Assurance Maladie vous a reconnu une incapacité permanente d’origine professionnelle d’au moins 10%, soit en utilisant les points accumulés sur votre compte professionnel de prévention (C2P).  

Les démarches 

Si vous demandez le départ en retraite anticipée en raison de votre incapacité permanente, vous devez transmettre à votre caisse régionale de retraite une demande de retraite pour pénibilité en y joignant les pièces exigées selon votre situation.  

Si vous souhaitez utiliser des points de votre C2P, et ainsi majorer votre durée d’assurance retraite, vous devez remplir la demande d’utilisation de points de pénibilité pour une majoration de durée d’assurance pour la retraite et l’envoyer à l’adresse précisée en bas du formulaire. Vous devez ensuite faire une demande de départ à la retraite selon la procédure ordinaire.   

La retraite en cas d’inaptitude 

En cas d’inaptitude reconnue par le médecin-conseil de la caisse de retraite dont vous dépendez, vous pourrez bénéficier de la retraite à taux plein à partir de l’âge de 62 ans, peu importe le nombre de trimestres pour lesquels vous aurez cotisé.  

Sont considérées comme inaptes au travail, sans contrôle médical :  

  • Les personnes reconnues invalides avant 62 ans ; 
  • Les bénéficiaires d’une retraite de veuf ou veuve ; 
  • Les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ; 
  • Les bénéficiaires de la carte d’invalidité reconnaissant au moins 80 % d’incapacité permanente ; 
  • Les personnes reconnues inaptes pour l’allocation spéciale ; 
  • Les enseignants du privé sous contrat, titulaires d’un avantage temporaire de retraite au titre de l’invalidité. 

Rédaction : A. SOARES DE ALBERGARIA